Créations Partage Logo

La naissance de Charlotte

La naissance de Charlotte Émélie Lemay-Maurice’s

Maman: Katherine Lemay

La veille de sa naissance, j’étais en plein chaos émotionnel. Je pleurais en pensant au temps qu’il faudrait pour rencontrer ma fille, et je me disais qu’à ce rythme, je ne la rencontrerais jamais.

La semaine précédente, j’avais dit à mon mari que je pensais accoucher le lundi, et voilà que…

12 février 2024 – 4h30 du matin – officiellement 40 semaines et 2 jours

Je me suis réveillée plusieurs fois avec des sensations de crampes – mais je suis aussi allée aux toilettes plusieurs fois avec des diarrhée, alors je n’étais pas sûre d’avoir simplement mangé la mauvaise chose lors de notre party du superbowl chez mes sœurs le soir d’avant. Plus j’approchais de 5 heures du matin, moins j’arrivais à dormir à cause de ces sensations de crampes.

5h15 – Je réveille JS (mon mari) qui dormait en bas à ce moment-là parce que je me retournais beaucoup et que j’avais besoin d’aller aux toilettes souvent à la fin de ma grossesse. Je lui dis que je pense avoir mal au ventre ou que j’ai des contractions. Nous nous sommes collé l’un contre l’autre et avons essayé de dormir encore un peu, car on nous avait dit que nous pourrions rester dans cet stade de travail pendant des jours, et qu’il fallait donc conserver notre énergie. Même pas une demi-heure plus tard, je lui ai dit qu’il m’était impossible de dormir. Nous nous sommes donc levés, il m’a versé un bain dans lequel je me suis plongée avec plaisir pendant qu’il nettoyait la maison en mode “bulldozer” afin d’éviter que tous nos chose de rénovation soivent éparpillées au cas où nous reviendrions à la maison avec un nouveau-né. (Oui, nous avons décidé de rénover les escaliers de notre maison alors que j’étais enceinte de 40 semaines). Je ne me souviens pas si mes contractions ont continué ou se sont arrêtées dans le bain, mais je sais que lorsque je suis sortie, j’ai eu une autre contraction.

Vers 8-9 heures, nous avons décidé d’aller marcher dans le quartier pour que les contractions soient plus régulières, car la doula n’allait pas se rendre chez nous si je n’avais pas des contractions régulières. Elle a proposé d’aller marcher, ce que nous avons fait. Après avoir fait deux fois le tour du quartier, j’ai ressenti des contractions d’une durée de 1 à 1,5 minute, espacées de 2 à 5 minutes. Nous sommes donc rentrés à la maison et on nous a dit que notre doula continuerait à attendre parce que pour un premier accouchement, ils veulent plus de régularité.

J’ai appelé ma belle-sœur (qui avait accouché trois mois avant) et je lui ai dit que je pensais être en train d’accoucher, mais que je n’en étais pas sûre parce que je n’avais jamais accouché auparavant. J’ai confirmé que les contractions ne disparaissent pas même si je me détends, et elle m’a avertie que si je commençais à vomir, je devais me rendre immédiatement à la maison de naissance.

JS a donc mis le film Magic Mike 3 (je voulais terminer la série avant l’arrivée de bébé C) et je suis allée sur le tapis roulant et j’ai attendu les prochaines contractions. La contraction suivante m’a fait tomber par terre et j’ai vomi tout mon déjeuner qui, je l’espérais, me permettrait de faire le plein d’énergie pour la suite. JS a pris le seau que je venais de remplir, l’a nettoyé, a appelé la sage-femme et la doula et n’a pas accepté de réponse négative – nous allions à la maison de naissance. À ce moment-là, j’avais déjà dit à JS que si le travail n’avait pas suffisamment progressé pour être admis, nous irions directement à l’hôpital pour recevoir une péridurale, car il était hors de question que je me repose dans cet état.

10h30 – Nous nous rendons à la maison de naissance où, entre deux contractions, ma sage-femme vérifie mon col pour la première fois. J’étais dilatée de 6 cm, effacée à 90 % et officiellement en travail actif. Tout en mesurant mon col, ma sage-femme a essayé d’effectuer un balayage pour continuer le processus, et je sais maintenant que la douleur que je ressentais était celle de mon col. J’ai pu choisir ma chambre – et j’ai opté pour la chambre bleue – et j’ai commencé à sortir mes affaires. Cela dit, j’étais déjà en train d’entrer dans la zone de travail et de fermer les yeux. Je n’avais aucune idée de ce qui m’entourait et j’ai dit à mon mari “où est ma doula ? elle a vraiment raté le moment”, ce à quoi il a répondu “elle est dans la chambre”. Embarrassée, j’étais soulagée qu’elle (Kaella) soit là. Elle a gérer la chambre – elle a commencé à mettre des lumières, de la musique, des affirmations, à préparer le bain, etc. À partir de ce moment-là, tout s’est déroulé comme sur des roulettes. J’ai toléré les contractions et j’ai utilisé la respiration profonde de 4 secondes d’inspiration et de 8 secondes d’expiration lorsque j’étais dans le bain, aux toilettes et sur le lit, mais les choses allaient si vite que je n’ai pas eu beaucoup d’occasions de faire une pause.

11h30 Peu après être entrée dans la chambre, j’ai senti un petit pop sans douleur sur le côté gauche de mon col alors que j’étais à quatre pattes à côté du lit sur le sol – je me suis levée et j’ai dit calmement “Je crois que j’ai perdu les eaux” et ça a continué de couler. Heureusement que j’avais une équipe qui nettoyait derrière moi pendant que je marchais lors des contractions, parce que je n’avais aucune idée du mess que j’avais fait jusqu’à ce que JS me le dise après l’accouchement. J’ai perdu le reste de mon bouchon mucqueux dans le bain. Kaella avait même un “filtre” pour nettoyer le bain afin qu’elle soit belle et claire à mon retour.

JS m’a aidée à respirer, m’a massée et a été le meilleur coach : ” Je suis tellement fière de toi “, ” Tu vas y arriver “, etc. J’avais très mal dans le dos, et lorsque ma mère est arrivée, elle a pleuré (ce n’est pas une pleureuse, mais je crois qu’elle était bouleversée par le fait que cela se produisait vraiment), et c’est elle qui m’a massé le bas du dos pendant la quasi-totalité du travail. Avant cela, c’était l’adorable Kaella qui jouait ce rôle. Je lui ai donc demandé d’arrêter de parler pendant mes contractions, mais elle ne faisait que m’encourager “vas-y katou, vas-y !”. C’était vraiment super de voir la personne qui vous a mis au monde assister à la naissance de ma propre petite fille.

À ce stade, j’ai pu déterminer que la douleur provenait de l’ouverture du col. Le bain chaud, les massages et le soutien moral m’ont énormément aidée. Je me suis même sentie assez forte pour inviter mon père à venir discuter avec moi avant de passer à la transition (qui a eu lieu peu de temps après).

Avant la transition – la douleur n’était jamais pire qu’un 6/10. Cependant, une fois que j’ai commencé la transition dans le bain, j’ai supplié pour la péridurale et je n’ai pas cru que j’étais déjà en transition parce que cela ne faisait que 3 heures que j’étais dans la chambre. J’étais encore dans mon cerveau analytique sur cette l’expérience et je sous-estimais ma progression pour ne pas être déçue. À ce moment-là, on m’a remesurée et on m’a dit que j’avais facilement 8 cm, voire plus (mais je ne pouvais pas tolérer le touché vaginal à cause des contractions régulières). Et bien que j’aie dit de m’écouter et de me laisser aller à l’hôpital, je savais que je n’avais plus le temps – il n’y avait aucune chance que j’obtienne une péridurale à temps pour mon accouchement – je voulais juste qu’ils fassent semblant et qu’ils me disent que j’allais l’obtenir.

À 14 heures (je suppose), j’étais maintenant dans le bain pour ce que je crois être la troisième fois, car je me suis déplacée librement dans la pièce et dans différentes positions tout au long de l’accouchement. J’ai ressenti mes premières “envies de pousser”, mais cela ressemblait plus au reflexe de l’éjection fœtale, ou à ce que j’aime appeler “vomir de mon vagin”. Je plaçais mes doigts dans mon vagin et je sentais que sa tête était à un demi-doigt de distance et je sentais la douceur de sa tête aussi la douceur de ses cheveux. Je pouvais visualiser ses cheveux blonds, ce qui s’est confirmé plus tard lorsque le miroir m’a montré sa tête en train de sortir. Je suis tellement reconnaissante d’être allée de l’avant et de l’avoir sentie pendant qu’elle descendait. Cela a vraiment rendu les choses réelles pour moi.

Lorsque j’ai atteint la transition dans la baignoire, j’ai commencé à ressentir une montée d’adrénaline et à paniquer. Je me souviens m’être soulevée et avoir dit “Je panique” et avoir voulu sortir de la baignoire. JS et la sage-femme m’ont aidée à surmonter cette épreuve – je savais que cette étape allait arriver. La sage-femme est venue me parler, et l’instant d’après, un rayon de soleil extraordinaire et puissant est apparu à travers les portes coulissantes de la pièce. On dirait que c’était Dieu, ou l’âme de Lolo, j’avais l’impression d’être réchauffée et cela m’a donné la force de continuer (comme si j’avais un autre choix)

JS m’a aidée à sortir du bain et m’a aidée pendant une autre contraction debout, mais je lui ai demandé pourquoi il n’avait pas mis de déodorant parce qu’il sentait mauvais. Une fois sur le lit – les contractions étaient si intenses – je l’ai hurlée. Je me souviens avoir crié “Je chie” – ce à quoi j’ai appris plus tard que JS avait essuyé mes cacas. J’avais l’impression que mon anus s’inversait vers l’extérieur – ils m’ont rassurée en me disant que ça n’allait pas sortir. J’utilisais les massages du dos, le gaz hilarant et le peigne en même temps pour gérer l’intensité de la douleur. J’étais en position d’enfant sur le lit. J’ai peut-être même sacré à Charlotte de descendre. On m’a ensuite dit que je pouvais pousser pendant les contractions. J’ai supplié qu’on me donne une pause.

Ensuite, ils m’ont encouragée à passer au banc de naissance. Je me souviens avoir vu un morceau de tissu sur le banc, et comme je savais que mon bébé allait bientôt naître, je ne voulais pas que le tissu me gêne pour l’accoucher. Je leur ai dit d’enlever le tissu. À la contraction suivante, en position assise, on m’a dit qu’elle était en train de couronner, et j’ai poussé très fort à la fin de cette contraction parce que je ne voulais pas avoir à en subir une autre, et à 14:42, j’ai mis au monde Charlotte Émélie Lemay-Maurice. La sage-femme l’a attrapée et m’a demandé de la saisir, ce que j’ai fait instinctivement. J’étais tellement soulagée. Je l’ai mise au monde si rapidement “tête et épaules, genoux et orteils” qu’elle a eu besoin d’une seconde pour reprendre son souffle. Mais tout ce que je voyais, c’était son beau visage et ses joues humides. C’est la plus belle chose que j’aie jamais vue. J’ai couvert ses joues de bisous, tandis que les sages-femmes dégageaient ses voies respiratoires, puis elle a commencé à pleurer, mais pas trop fort, un cri délicat de ce que je me souviens.

La sage-femme m’a prévenue que je devrais faire naître mon placenta rapidement, compte tenu de la rapidité de l’accouchement, afin de réduire le risque d’hémorragie, et c’est ce que j’ai fait dans la minute qui a suivi. Pas d’os, pas de douleur en comparaison. Et voilà, j’avais accouché de mon bébé et de son petit organe personnalisé dont je suis si reconnaissante de l’avoir nourri pendant les dix derniers mois.

Mon mari était en larmes, nous nous sommes embrassés et j’étais au paradis. Je l’ai tenue sur ma poitrine nue et ils m’ont installée sur le lit – et je ne me souviens pas vraiment de l’heure qui a suivi, je sais que j’ai souri, que j’ai été soulagée et que j’étais tout simplement bouche-bé de savoir qu’elle était enfin là. Mon beau, parfait et blond petit bébé. Elle a mon nez, son œil gauche est légèrement plus petit que le droit, comme son père. Elle a les lèvres de son père,et nous n’avons pas encore regarder tout son corps – mais elle est déjà sa propre personne. Ma petite Charlotte d’amour.

Ils ont dû surveiller ses taux d’O2 et son tonus parce qu’elle était encore sous le choc de la naissance rapide. Mais cela s’est amélioré en un rien de temps. J’ai déchiré au deuxième degré, donc pendant que j’avais bébé dans mes bras, et je l’ai allaitée pour la première fois – on me recousait. Si j’avais été moins impatiente, je n’aurais peut-être pas déchiré, mais comme l’a dit ma sage-femme, c’est fait pour être déchiré. Charlotte a pris le sein comme une championne dès la naissance – et aujourd’hui encore, elle boit beaucoup.

Elle pesait 7 livres et 7 onces, mesurait 48 pouces et avait des yeux bleus de rêve.

Après avoir été recousue, je marchais dans la pièce comme si je n’avais pas accouché d’un bébé deux heures auparavant. Son père l’a tenue dans ses bras pendant l’heure d’or. JS était tellement excité qu’il s’est déshabillé bien trop tôt pour faire du peau à peau, il c’est donc retrouver à moitié nu dans la pièce, avant que quelqu’un lui rappelle que son heure d’or n’arriverait que dans une heure. Une fois le moment venu, la seule fois où j’ai pleuré le jour de son anniversaire, c’est en regardant l’amour de ma vie tenir notre fille dans ses bras pour la première fois, il n’y a rien de tel. Ça rend les choses tellement réelles.

Mes sœurs et leurs partenaires sont venus dans notre chambre avec un plateau de sushis. Nous avons tous eu un délicieux dîner dans la salle de naissance. Nous nous sommes régalés de délicieux sushis et avons partagé les détails de l’accouchement pendant que je donnais le colostrum à Lolo.

À 19 heures, nous avons quitté la maison de naissance et sommes rentrés chez nous, comme si nous avions terminé notre journée de travail. Nous étions de nouveaux parents qui ne voulaient pas dormir et qui voulaient juste la regarder toute la nuit pour s’assurer qu’elle allait bien.

Je n’arrête pas de dire aux gens que c’est un bon premier bébé. Elle ne pleure que lorsqu’elle a besoin de manger, d’être changée ou qu’elle a des gaz. J’adore l’odeur de ses pets et de sa peau sûr de lait. Nous pouvons la regarder pendant des heures. Je guéris lentement mais sûrement, je n’arrive pas à croire à quel point mon corps change en si peu de temps. La première semaine, j’étais sous un “high” de l’ocytocine – je ne faisais qu’absorber des hormones. Je me sentais tellement en sécurité et tellement bien que je craignais que je n’avais pas un expérience postnatal complète. J’ai appris plus tard que je réagissais très bien à l’ocytocine et que je profitais d’une expérience positive de l’accouchement. Je cherchais l’euphorie, mais il s’agit simplement d’hormones calmes, bien ajustées et bienfaisantes, et je suis si reconnaissante d’en avoir été inondée.

Je t’aime Charlotte – ma petite Lolo d’amour. Je suis tellement reconnaissante que tu aies fait de moi une maman, et surtout, ta maman. Il n’y a pas de sentiment plus magique que celui d’être une famille de trois personnes allongées dans le lit et regardant ton beau visage.

Un mot sur ma doula : je suis reconnaissante de Kaella qui a créé une atmosphère de sécurité, d’information et de soutien qui a permis à mon mari et à ma mère de jouer le rôle le plus important en me soutenant lors de mon accouchement. Ils s’adressaient à elle en tant que guide et m’apportaient ensuite les outils nécessaires pendant le travail, par exemple : massages, débarbouillette mouillés, musique, hydratation, etc. Je pensais que ma doula allait agir en tant que principal système de soutien, mais compte tenu de la présence de mon système de soutien, elle est devenue une facilitatrice, ce que je trouve assez génial, et je lui en suis très reconnaissante.

Si vous aviez UN conseil à donner aux futurs parents pour leurs accouchements, quel serait-il? 1) Restez active pendant votre grossesse pour vous aider dans le marathon de l’accouchement 2) pratiquez votre respiration – parce que c’est l’une des seules techniques qui est toujours à votre disposition 3) si vous avez peur de l’accouchement – informez-vous et éduquez vous ! Vous êtes faite pour cela !

Recent Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *